Transport et énergie : le défi du changement climatique

Lauréats 2008

 

Le Forum international des transports a décerné deux prix en 2008 : le prix du jeune chercheur ainsi qu'un prix pour la gestion de la mobilité dans les entreprises.

Prix du jeune chercheur

Le prix du jeune chercheur 2008 a été attribué à Helen HARWATT, chercheur à l'Institut d'études sur les transports de l'Université de Leeds (Royaume-Uni) pour son article intitulé :

"Reducing carbon emissions from personal road transport through the application of a tradable carbon permit scheme: empirical findings and policy implications from the UK".

Cet article s'appuie sur une étude proposant un système d'échange de permis carbone pour réduire sensiblement les émissions de CO2 imputables au transport routier individuel au Royaume-Uni. Une série d'entretiens a été menée pour étudier le comportement des automobilistes à l'égard du système, son impact ainsi que son acceptabilité dans la population. Une comparaison a été effectuée avec des mesures d'augmentation du prix du carburant ayant pour but d'atteindre le même objectif en matière de réduction d'émissions. L'article soumis pour le prix du jeune chercheur montre que si les hausses de prix du carburant et les systèmes de permis échangeables sont très similaires en théorie, le public a une perception très différente de ces deux mesures.

L'une des principales conclusions de l'article de Mme Harwatt est que les divers instruments n'offrent pas le même degré d'efficacité pour atteindre les objectifs de réduction carbone et que l'échange de permis est, à cet égard, nettement supérieur à une politique d'augmentation de prix du carburant.

De toute évidence, c'est c'est dimension et la grande pertinence du sujet d'étude par rapport au thème principal du Forum 2008 qui a impressionné les membres du jury : toute mesure destinée à réduire les émissions du secteur des transports doit prendre dûment en compte la question de l'acceptabilité, et l'une des principales conclusions de l'étude de Mme Harwatt est que les mesures novatrices ne sont pas nécessairement mal reçues.

Prix spécial du jury récompensant une réflexion novatrice

Le jury a décidé d'attribuer un prix spécial à François GUSDORF, du Centre international de recherche sur l'environnement et le développement, et à Stéphane HALLEGATE, de ce même Centre et de l'Ecole nationale de la météorologie, Météo-France, Nogent-sur-Marne, France, pour leur article intitulé :

"Time and space matter: how urban transitions create inequality"

qui a été rédigé en collaboration avec Alain LAHELLEC du Laboratoire de météorologie dynamique de l'Université Pierre et Marie Curie, à Paris.

Une version révisée de cet article sera publiée prochainement dans Global Environmental Change: F. Gusdorf, S. Hallegatte, A. Lahellec, Time and Space Matter: How Urban Transitions Create Inequality.

François Gusdord et Stéphane Hallegatte sont diplômés de l'Ecole polytechnique, où François Gusdorf s'est spécialisé en écologie et environnement et Stéphane Hallegatte en mathématiques, mécanique et environnement. Depuis, ils ont obtenu leur doctorat : François Gusdorf en économie de l'environnement et Stéphane Hallegatte en économie.

L'article très original soumis au concours - en particulier sur le plan théorique - s'appuie sur le modèle "NEDUM", qui reproduit l'évolution d'une ville monocentrique en continu et saisit des interactions entre les déplacements des ménages, l'évolution de la taille des appartements, les niveaux de loyers et la densité de l'offre de logements. Le modèle permet par conséquent une analyse à la fois temporelle et spatialisée des transitions urbaines.

Appliqué aux politiques climatiques, ce modèle tend à montrer que l'application d'une taxe sur les transports peut se traduire par d'importantes pertes de bien-être : une telle taxe accentue sensiblement les inégalités si sa mise en œuvre n'est pas planifiée suffisamment longtemps à l'avance. C'est pourquoi il faut privilégier une séquence de mise en œuvre précoce des politiques climatiques et éviter une action retardée et plus intrusive.

Ces messages ont eux aussi une dimension politique mais le jury du prix du jeune chercheur a voulu avant tout récompenser, par ce prix spécial, l'originalité de la méthode adoptée dans l'article ainsi que la réflexion novatrice de ses auteurs et leur désir de "cerner" des aspects de l'analyse de la politique environnementale qui ne sont souvent pas pleinement prises en compte, en l'occurrence les dimensions spatiales et temporelles.

Prix de la gestion de la mobilité dans les entreprises

Le prix pour la gestion de la mobilité a été décerné à ST Microelectronics de Grenoble (France). Le plan de mobilité de ST Microelectronics a été élaboré en deux temps : 2000-2005 et 2005-2010, avec trois objectifs :

  • Réduire l'impact des déplacements du personnel sur l'environnement ;
  • Eviter la construction de nouveaux parcs de stationnement, en dépit de l'accroissement important d'effectifs ;
  • Permettre aux employés d'arriver au travail plus détendus et dans de bonnes conditions (déplacements paisibles en transports en commun, et activité physique liée à la pratique du vélo).

Le plan concerne tous les employés du site, ainsi que les stagiaires, le personnel temporaire et les entreprises extérieures ayant des installations sur le site. En 2000, 1 900 personnes participaient au plan de mobilité, et en 2007, 2 400.

Le plan a été élaboré en 2000 et a été lancé début 2001. Sa première phase s'est terminée en juin 2005. L'objectif était que 50 % du personnel utilise d'autres moyens de transport que la voiture pour se rendre au travail.

La seconde phase, qui est en cours, couvre la période 2005-2010. Son objectif est de relever à 60 % la proportion du personnel utilisant d'autres moyens de transport que l'automobile, ce qui équivaut à effectuer un transfert modal de 10 % de l'effectif. Les résultats sont les suivants :

  • 54 % du personnel utilise aujourd'hui d'autres modes de transport que l'automobile ;
  • Le nombre de places de stationnement n'a pas augmenté bien que l'effectif ait crû de 500 personnes entre 2000 et 2007 ;
  • On compte 400 espaces de stationnement pour vélos sur le site ;
  • Près de 900 personnes utilisent les transports publics et 350 le vélo ;
  • La réduction des émissions de CO2 est de plus en plus forte :
    -- en 2000, avant le lancement du plan : 300 tonnes de CO2
    -- en 2006: 900 tonnes de CO2
    -- en 2007: 1 050 tonnes de CO2.
Prix spécial du jury pour la gestion de le mobilité dans une grande entreprise

◊  Stansted Airport Limited / BAA Stansted, Royaume-Uni

En 2002, BAA Stansted a lancé sa stratégie d'accès de surface aux aéroports (ASAS) pour absorber une augmentation du trafic passagers, qui est passé de 15 à 25 millions de passagers entre 2003 et 2008. La stratégie couvre tous les modes de transport permettant d'accéder à l'aéroport et a été actualisée en 2005, avec des objectifs supplémentaires.

Dans le cadre de cette stratégie, Stansted a lancé un plan de mobilité du personnel en 2005, qui concerne la totalité des 12 000 employés des 160 sociétés présentes sur l'aéroport.

Objectifs clés de la stratégie d'accès de surface aux aéroports et du plan de mobilité du site de Stansted :

  • Accroître la proportion des passagers aériens utilisant les transports publics, pour la porter à 37 % en 2010 et à 40 % par la suite.
  • Réduire l'autosolisme au sein du personnel, pour le ramener à 80% d'ici à 2010.

Population concernée

  • En 2003, trafic : environ 15 millions de passagers ; effectif : 9 000 personnes.
  • En 2005, trafic : 21 millions de passagers ; effectif : 11 300 personnes.
  • En 2007, trafic : 24 million de passagers ; effectif : 12 000 personnes. Au total, 160 entreprises distinctes exercent leur activité sur l'aéroport. Elles participent toutes au plan de mobilité de Stansted.
  • Stansted s'est engagé à réduire les émissions de CO2 imputables aux équipements fixes de 15 % d'ici à 2010, par rapport aux niveaux de 1990, et les émissions de CO2 liées à la consommation d'énergie sur l'aéroport de 30% d'ici à 2020.
Prix spécial du jury pour la gestion de la mobilité dans une petite entreprise

◊  INFICON AG, Liechtenstein

INFICON est un fabriquant d'équipement de mesure, d'analyse et de contrôle des gaz. Son siège se trouve à Balzers (Liechtenstein), où il emploie 225 personnes. INFICON s'est fixé pour but de réduire la consommation d'énergie liée aux déplacements pour la ramener de 50 % à 40 % de la consommation totale d'énergie. Le plan de gestion de la mobilité de l'entreprise a été lancé en 1999.

Résultat, la consommation d'énergie par déplacement d'employé est tombée de 50 % de la consommation totale d'énergie en 1999 à 35 % du total aujourd'hui. Les émissions de CO2 liées aux déplacements du personnel ont aussi diminué, passant de 60 % des émissions totales en 1999 à 38 % aujourd'hui. La production de CO2 a été réduite de 100 tonnes par an.

Résultats du plan entre 1999 et 2008:

  • Transport motorisé individuel : diminution de 63 % à 50 % ;
  • Transports publics et covoiturage : augmentation de 24 % à 37% ;
  • Vélo et marche à pied : stable (13 %).
Prix spécial du jury pour la gestion de la mobilité dans un organisme public

◊  London Borough of Lambeth, Royaume-Uni

Le Lambeth Borough Council (Londres) emploie environ 5 300 personnes. Le plan de mobilité au travail, lancé en septembre 2005, avait les objectifs suivants :

  • Réduire le nombre de déplacements en automobile et promouvoir l'utilisation "raisonnée" de l'automobile ;
  • Accroître la pratique de la marche, du vélo et du covoiturage et la fréquentation des transports publics ;
  • Encourager l'utilisation de véhicules respectueux de l'environnement lorsque l'utilisation d'un véhicule est essentielle ;
  • Donner l'exemple et promouvoir de bonnes pratiques auprès d'autres employeurs locaux et de la communauté ;

par une série de mesures : production d'un guide de mobilité à l'intention du personnel ; promotion du vélo, y compris formation du personnel ; amélioration des installations de douche et des parcs de stationnement ; amélioration de la communication avec le personnel ; incitations financières (programme de subventions pour les cyclistes ; prêt pour l'achat de vélos ; mesures en faveur d'une flotte de véhicules propres).

Résultats 2005-2006:

  • Diminution de 8 % de l'utilisation de la voiture particulière ;
  • Augmentation de 7 % de la fréquentation des transports publics (entre 2004 et 2006);
  • Pratique de la marche et du vélo stable.
Mentions spéciales du jury pour initiative en matière de gestion de la mobilité

◊  BETTER BANKSIDE (Business Improvement District), Royaume-Uni

◊  DHL HUB Leipzig GMBH, Allemagne

◊  RABOBANK Groep, Pays-Bas

◊  THALES ALENIDA SPACE, France